Bon courage a toutes les familles en voyage avec cet épisode de COVID-19
voyage autour du monde en camping car

PEROU - 2ème partie du 28 mars au 05 avril 2017

Après 3 semaines galères au Pérou, nous quittons les paysages désertiques et nous montons dans les montagnes. Et quand je dis monter, ce n’est pas un simple mot : nous sommes à O en altitude et nous atteignons en quelques heures l’altitude de 4500 mètres. Nous passons successivement 3 cols qui varient entre 3800 et 4500 mètres. Le camping-car peine dans certaines montées et même les enfants sont chaos! En plus, nous avons la mauvaise idée de nous arrêter dormir à 4500 mètres et nous avons eu tous du mal à dormir à cause d’un mal de tête et du mal à respirer. Nous sommes d’ailleurs tous réveillés à 5h du matin (sauf Mathis qui lui a toujours du mal à se lever) et nous repartons vite pour descendre en dessous des 4000 mètres.

A part cela, nous adorons les paysages qui s’offrent à nous et nous sommes ravis de « respirer » enfin. Les poubelles ont disparues de ces montagnes et les odeurs aussi! OUFFFFFF. 

Nous remarquons vite aussi que c’est dans les villes ou villages que les routes sont les plus pourries et que rebelote la saleté réapparait. Mais nous sommes tellement content d ‘avoir quitter les paysages désertiques et nous arrivons sous 2 jours à Cusco.

 

 

la ville de Cusco : grande ville tout en hauteur, assez impressionnante quand on y arrive car l’arrivée se fait du haut. Nous contournons la ville de Cuzco en camping car car il est impossible de rentrer dans la ville avec un si gros véhicule sous peine de se faire des frayeurs à chaque coin de rue et rester bloqué. Nous garons donc le camping-car sur les hauteurs à côté de l’unique camping qui existe (enfin, ce qu’on appelle ici camping, c’est à dire un terrain herbeux qui nous a obligé à rester devant le camping ne pouvant pas y pénétrer sous peine de s’embourber). Bref, nous prenons un taxi local et nous nous rendons au centre historique de Cuzco : après avoir passer les premières heures à organiser notre voyage pour visiter le Machu Picchu, nous nous baladons dans les ruelles étroites du centre historique où les nombreux rabatteurs nous harcèlent à chaque coin de rue : massage?, resto?, visite?…il y en a pour tous les goûts ! mais c’est assez agaçant à la longue surtout que les péruviens sont assez insistants.

Mis à part ce côté désagréable de la visite, les ruelles du centre historique sont charmantes et atypiques avec ses petites ruelles pavées et son immense place.

 

le célèbre site inca du Machu Picchu : c’était le rêve d’enfant de Didier de voir ce site et ça y est, on y est! nous faisons 2 groupes : le groupe des courageux - Didier et Thomas qui se lèvent à 4h du matin pour gravir les 8000 marches afin d’arriver au site et le groupe des fainéants - Sophie et Mathis qui après un petit déjeuner ont pris le bus et sont arrivés tranquillou sur le site à 9h du matin. Arrivé à 6h du matin sur le site, Didier et Thomas ont pu voir une vue dégagée du site, vue qui a d’ailleurs duré que quelques minutes car de gros nuages sont venus cacher le site. La pluie s’est aussi invitée lors de cette journée. Mathis a eu beaucoup de mal à marcher sur le site, les marches incas n’étant pas vraiment adaptées à sa petite taille. Au final, Mathis et moi sommes restés moins de 2h sur le site. D’une façon générale, ce site est vraiment fabuleux mais il reste un attrape touriste et une vraie usine à fric. Didier quant à lui a été super ravi même s’il a été un peu déçu de ne pas voir le site sous un magnifique soleil. Et bravo Thomas pour ton courage d’avoir gravi toutes ses marches aller et retour sans oublier les heures passées à monter et descendre pour visiter le site.

 

la vallée sacrée et les autres sites incas : il existe un « boleto touristique » qui permet pour 130 soles (soit 40 euros environ) de visiter une dizaine de sites incas ou musée pendant 10 jours maximum à partir du jour où on l’achète. Nous avons pris ce « boleto » uniquement pour Didier, les enfants et moi-même, n’ayant pas vraiment l’envie de visiter tout cela. De plus, cela permettait de faire l’école pendant que Didier visitait les sites. Didier a visité 5 sites : Ollantaytambo, Moray, Chinchero, Pisac et Piquillacta. Chaque site est différent mais il faut bien avouer que les sites incas sont moins impressionnants que les sites mayas vus au Mexique. Je vous laisse apprécier les photos qui parleront mieux d’elles mêmes.

 

les salinas de Maras :

Nous sommes allés aux salinas de Maras où règnent 4000 bassins d’exploitation du sel. Du haut de notre belvédère, nous avions une vue imprenable sur ces bassins de sel. Malheureusement, les ouvriers ne travaillent pas à cette époque de l’année et nous n’avons pas eu la chance de les voir travailler.

 

le lac titicaca :

nous avions toujours entendu parler que ce lac était immense et que nous n’avions pas l’impression d’être au bord d’un lac mais au bord de l’océan. Au final, ce n’est pas vrai : on voit très bien la côte d’en face. La particularité de ce lac est son altitude : nous sommes à 3800 mètres , ce qui en fait le lac le plus haut du monde. 

Cependant, nous n’avons pas pu en apprécier d’avantage car le camping-car décide de ne plus avancer : on peine à 20 km/h dans les montées et malgré les tentatives de solutions de réparation de Didier, il ne fonctionne pas mieux : il nous faut donc trouver au plus vite un garage digne de ce nom et le plus proche est d’aller dans la ville de La Paz en Bolivie.

 

S’en est donc fini du Pérou et pour la première fois du voyage, je crie haut et fort : YES ! trop de saleté, trop de puanteur, trop de gens pas sympas!! trop de trop ! 

 

Voici le bilan du Pérou (qui s’annonce guère positif) :

  • 1 mois et 4500 km parcourus

  • la monnaie est le sole (10 soles correspond à 3 euros environ)

  • on regrette amèrement le plein d’essence de l’équateur à 15 euros : ici au Pérou, on se rapproche vraiment du prix français (0,95 euros le litre environ)

  • la propreté de l’équateur a fait place à la boue et aux déchets au Pérou : pas vraiment agréable, ni pour les yeux et ni pour le nez!

  • ils klaxonnent tout le temps pour tout et n’importe quoi : pour dire qu’ils vont doubler, qu’ils vont prendre une personne, qu’ils tournent….ohhhh faut vraiment arrêter le klaxon, c’est saoulant!

  • les dos d’ânes : depuis le Mexique, nous avons eu droit à notre florilège de dos d’ânes mais alors là, ici au Pérou, ils sont carrément absurdes : ils en mettent à des croisements de rues en plein désert car il y a apparement des maisons (en ruines ou non finies) ou ils mettent ces dos d’ânes dans des côtes! du n’importe quoi!

  • les tenues des policiers et leurs casques amusants (on se croirait dans la série « chips »)

  • nous avons croisé surtout au nord du Pérou de nombreuses rizières où de nombreuses ouvriers y travaillent et au niveau du lac titicaca, beaucoup de champs qui permettent la construction des « îles flottantes » ou de bateaux

  • la beauté (et oui quand même) de la montagne autour de la vallée sacrée et les sites incas qui restent un patrimoine magnifique. 

 

Après toutes ses « belles » paroles, place à la vidéo.

A bientôt en Bolivie!

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

TROJMAN 22/04/2017 20:57

Slt a tous . Vraiment quel voyage vous etes balaise quand meme de faire tout ce que je vois sur vos videos. Jai toujours limpression de faire le voyage a vos cotés . a bientot jean marc. Ah oui ici nous attendons la venue de notre nouveau directeur France qui sera sur puget. A suivre

letourdesbouilles 23/04/2017 22:30

Coucou et merci à toi jean marc. C'est peut être moi le nouveau directeur France, qui sait?!?? Lol bisoussss